Notre vision de l’inclusion numérique


Après un an de fonctionnement et de dynamique collective entre acteurs de l’inclusion numérique, nous avons en septembre 2020 posé les bases d’une stratégie partagée pour faire évoluer notre secteur, à l’heure des plans de relance qui donnent une large place à l’inclusion numérique.
Cette nouvelle vision répond au double enjeu d’urgence sociale et de transition sociétale, et elle tient en 4 principes simples et complémentaires.

Réaffirmer que l’inclusion numérique concerne tous les acteurs du territoire : non seulement les habitants, notamment les plus fragiles, mais aussi les petites entreprises, le secteur associatif, et les acteurs publics. La Région et l’Etat ont largement appuyé cette vision et vont accorder aux opérateurs de médiation de nouveaux moyens pour impliquer tous ces acteurs dans la transition numérique des territoires.

Redéfinir les 4 leviers actions clés de la médiation numérique : l’accès à l’équipement, l’aide aux démarches administratives, la montée en compétences, et la fourniture de services numériques pratiques et clés en main, depuis l’impression d’un document jusqu’à la création guidée d’une petite annonce, en passant par l’inscription à un MOOC.

Distinguer clairement les lieux et les opérateurs de médiation : aujourd’hui les 2 fonctions se confondent souvent dans des “lieux de médiation”, mais si nous voulons augmenter l’impact de nos actions, il est indispensable d’une part de démultiplier les lieux où se fait de la médiation (un EHPAD, un café, un stand sur le marché, un tiers-lieu ou une école…) et d’autre part de renforcer les capacités de médiation « hors les murs » d’opérateurs structurants sur leur territoire, disposant d’équipes de médiateurs spécialisés sur certains sujets ou publics, appuyés par des dispositifs nomades.

Clarifier les métiers de la médiation : les aidants numériques qui répondent à l’urgence, les facilitateurs-animateurs de lieux (médiateurs expérimentés qui accueillent les publics et pilotent une programmation saisonnière dans leur lieu) et bien-sûr les médiateurs, intervenant dans les lieux, dont le nombre a vocation à augmenter dans le cadre du plan de relance – nous aurons l’occasion d’en reparler dès que les mesures seront précisées.